Arduino Pro Nano

Les plateformes Arduino sont géniales, cependant quand on cherche à faire des applications pratiques avec, qui ne nécessitent pas (ou plus) de prototypage, débuggage ou autres reprogrammations, ils sont assez peu appropriés.

J’ai donc pensé à une carte qui contiendrait très peu de choses (le strict minimum, à savoir le µC, un quartz, ses condensateurs, et la résistance de pull-up pour le reset), de petite taille (tout le monde en CMS), et de forme carrée pour limiter la place. Une sorte de CPU..

Cette version est basée sur un ATmega 168, comme ceux qu’on trouve maintenant dans les Arduino Pro et en version DIL dans tous les autres boards. Je travaille encore à une version adaptée du Sanguino, tournant sur un ATmega644.

Librairie Buttons

Je continue sur ma lancée dans l’écriture de librairies pour l’environnement Arduino, cette fois-ci c’est une petite lib qui gère l’utilisation des boutons déjà débouncés en hardware (il existe plein de fonctions pour faire du software-debouncing, ce n’est pas le sujet ici..). Ca parait simple, mais ça évite pas mal de répétition de code, pour faire par exemple un bouton en one-shot qui incrémente un compteur, si on reste appuyé dessus et qu’on utilise digitalRead(), le compteur va monter en flèche. 

J’ai donc défini des modes d’utilisation pour les boutons:
OneShot: Ne renvoie ON qu’une fois par cycle d’appui du bouton (littéralement, compter les ON revient à compter le nombre de fois que le bouton est appuyé).
Memory: Renvoie ON lorsque le bouton est appuyé, mais aussi Pressed lors du front montant, et Released lors d’un front descendant.
Timer: un système de Hold, renvoie ON tant que le bouton est appuyé, s’il l’est pendant suffisament longtemps (ce temps est réglable), il revoie Hold.
Les autres modes sont des combinaisons de ces trois-ci. 

Librairie MIDI pour l’environnement Arduino

Celle que j’avais mis il y a quelques temps était assez limitée, la nouvelle version prend en charge l’envoi et la réception de tous les messages MIDI (hormis les messages Système).

Vous n’aurez besoin d’utiliser que quelques fonctions, MIDI.send, qui prend comme paramètres le type de message, les deux valeurs de données et le canal, et la fonction MIDI.read, qui ne prend comme paramètre que le canal d’entrée servant de filtre aux messages.
Le message reçu est stocké dans une structure, vous pouvez accéder à ses paramètres avec les fonctions MIDI.getType, MIDI.getChannel, MIDI.getData1 et MIDI.getData2.
Veillez bien à lancer la fonction MIDI.begin dans la fonction setup de l’Arduino, pour initialiser les communications. Cette fonction prend en paramètre le pin sur lequel est connecté l’alimentation de l’optocoupleur du MIDI in.
Je ferai un manuel plus détaillé à l’occasion, qui inclura les petites mises à jour que j’ai en tête… 

Weirding Module

J’ai récemment regardé le film Dune de David Lynch basé sur l’oeuvre de Frank Herbert, et le nom de l’arme qu’utilisent les Fremen, le Weirding Module, qui concentre les ondes de la voix pour générer un rayon destructeur m’a fait penser à un effet applicable à la voix, chose qui s’est confirmé en fouillant sur mon disque dur et en tombant sur la datasheet d’un petit composant totalement dans l’idée..

Pour la conception, je garde l’idée dans un coin, pour l’instant je bosse sur des projets customs (pas que) pour moi.

Librairie MIDI

Je viens de finir d’écrire une librairie MIDI pour l’environnement Arduino, qui peut donc envoyer des ProgramChange et ControlChange, mais aussi des NoteOn et NoteOff.

Du côté réception, je n’ai encore que la lecture des PC et CC, la lecture des NoteOn/Off n’étant pas prioritaire dans l’utilisation que j’en ai, elle ne viendra que plus tard, pour une autre version.

J’avais déjà testé la sortie MIDI avec succès, reste à tester l’entrée, avec un petit optocoupleur pour respecter la norme de transmission.

J’ai même prévu une fonction “thru” qui copie un message entrant vers la sortie, c’est pratique quand on veut faire une sortie MIDI qui tient à la fois compte du code “utile”, présent dans l’Arduino, et des messages entrants, sans avoir à merger le MIDI Thru et le MIDI Out.

La librairie est disponible ici pour ceux que ça intéresse.

MIDI Chart

Voici les commandes MIDI auxquelles répondra le looper:

CC 0:
Valeurs de 0 à 63: UP
Valeurs de 64 à 127: DOWN

CC 1:
Valeurs de 0 à 31: A
———– 32 à 63: B
———– 64 à 95: C
———–96 à 127: D

CC 2:
N’importe quelle valeur: BYPASS

Pour un appel instantané d’un preset, il est possible d’utiliser les ProgramChange, mais il pourra y avoir du lag dû au temps de chargement du preset depuis l’EEPROM.

Sanguino

Je viens de recevoir et de monter mon kit Sanguino.

Il s’agit d’une version boostée de l’Arduino/Boarduino, utilisant un ATmega 644p, et présentant le double de mémoire et de vitesse, plus de pins (32 Digital, 8 analog), et 2 UARTs série pour communiquer à la fois avec un écran LCD et en MIDI.

Il reste quelques petits problèmes d’incompatibilité avec la librairie SLCD de SparkFun que j’ai modifié en rajoutant quelques fonctions, mais Zach Hoeken, le créateur du Sanguino, travaille sur une version plus stable et polyvalente du logiciel.

Gamme de racks

Les lampes c’est bien, mais ça prend de la place sur un pedalboard, et c’est pas forcément évident à mettre en boite.. L’idée du rack s’impose donc..

Ce qui est faisable, pour l’instant, juste des idées jetées sur papier..

– Une version rack du PSU, sorties en AC (9V pour la plupart des racks du commerce, 24V pour les lampes BT, distribution des prises IEC 230V pour les racks possédant une alim interne). Le principe est de n’avoir aucune rectification DC dans le PSU, pour que tout soit isolé.

– Un préampli à lampes (bien entendu)… En haute tension, puisque la dynamique est bien meilleure apparemment.

– Un switcher MIDI complet, avec une interface de programmation des présets (qui est à designer).

– Et pas mal d’autres choses (un module d’effets barjos pour la voix, une idée qui me trotte..)

Des lampes.. à ne plus savoir qu’en faire..

Un pote a trouvé dans son garage un stock de lampes assez colossal:


Il y a un peu de tout, du vieux, du neuf, de la triode, de la pentode, j’ai pu récupérer une grosse douzaine de 12AU7, de quoi faire pas mal de projets basse tension, ainsi que quelques lampes plus “spéciales” (des combos triode/pentode, pratiques pour faire des petits amplis de quelques watts avec une seule lampe).

Donc il y a de forte chances que les prochaines expérimentations de Forty Seven Effects tournent autour des lampes..